Projet DENOTER du Carnot Ingenierie@Lyon : textile de décontamination chimique et biologique sur tout type de surfaces

05 2021
Les Carnot et les entreprises

Le projet "DENOTER" piloté par l'institut Carnot Ingénierie@Lyon (LAGEPP) a développé un textile de décontamination immédiate ou d’urgence polyvalent contre les agents chimiques et biologiques NRBC. La PME Ouvry partenaire exploite les résultats de ces recherches pour améliorer les performances de décontamination du premier prototype de gant de décontamination DECPOL. 

DENOTER a permis de développer un textile de décontamination sèche, actif sur les toxiques chimiques et biologiques. Celui-ci permet l’élimination rapide et totale des toxiques par absorption, grâce à l’incorporation de nanoparticules d’oxyde métallique. L’ergonomie du dispositif final permet une utilisation intuitive, sécurisante, sans engendrer de risques secondaires en termes de toxicité pour l’individu ou l’environnement.

Des recherches sur la dégradation des simulants des toxiques chimiques et biologiques menées par le Carnot Ingénierie@Lyon ont été réalisées en milieu liquide. La vitesse de dégradation des toxiques a été quantifiée et les paramètres déterminés, ce qui a permis le recensement d’un grand nombre d’oxydes métalliques et la sélection de l’oxyde de magnésium. En effet, ce dernier permet une dégradation totale du POX (paraoxon), composé simulant de toxique de guerre en milieu liquide, en moins d’une heure et la dégradation des toxiques biologiques (bactéries et spores).

Un protocole d’étude par contact direct des toxiques, plus proche des conditions réelles d’emploi, a permis de compléter les résultats pour conclure à son efficacité en voie sèche.

Le développement du dispositif a nécessité la sélection d’un textile de surface, un gant ou une lingette, possédant des propriétés d’absorption optimales. Des protocoles d’essuyage sur des surfaces modèles ont été développés, afin de sélectionner un textile de surface adapté. Le procédé de fabrication a été optimisé en découplant chaque étape, la formulation des poudres, l’intégration dans le textile et l’assemblage des différentes couches : un matériau textile absorbant en surface et un second matériau textile « réservoir » à l’intérieur contenant la poudre d’oxydes métalliques pour la dégradation des toxiques absorbés.

Ce dispositif montre une excellente efficacité de décontamination de surfaces de nature variée (verre, métal, polymères, textile) vis-à-vis des toxiques chimiques et biologiques, ainsi qu’une absence de contamination ultérieure par étalement ou re-déposition. Sa structure permet le confinement des toxiques, facilitant ainsi les étapes ultérieures de traitement du déchet final.

En revanche, en l’état, sa capacité à dégrader les toxiques chimiques possédant des propriétés physicochimiques proches du POX est limitée par une accessibilité partielle du POX aux oxydes métalliques. D’autres toxiques plus hydrophiles et moins visqueux montrent une diffusion plus importante. Ce point est étudié par la PME Ouvry, qui exploite les résultats de ces recherches pour améliorer les performances de décontamination du premier prototype de gant de décontamination DECPOL.