Les Carnot se mobilisent face à l'épidémie. Illustrations #1

04 2020
Les Carnot au service de la société

1/ Un spray anti-SARS-COV-2
L'institut Carnot MICA soutient la start-up Spartha Medical pour l’élaboration d’un spray antiviral permettant notamment d’éliminer le SARS-CoV-2 de n’importe quelle surface.
A l’origine, les chercheurs MICA accompagnaient cette start-up dans le développement de solutions visant à prévenir les maladies nosocomiales notamment via les infections causées par dispositifs médicaux implantables. L’épidémie de Covid-19 a amené les chercheurs à transformer leur solution antimicrobienne en solution antiviral. Les premiers essais seront menés par le laboratoire de biomatériaux membre MICA en collaboration avec le laboratoire de virologie et débuteront dès le mois d’avril 2020. Les chercheurs anticipent également les possibles mutations du virus grâce à l’apport de l’IA. Des tests sont en cours pour modéliser les différents scénarios.

 

2/ Des visières de protections pour le personnel soignant

L’institut Carnot ARTS via ses ingénieurs en mécanique s’est mis à la disposition du personnel soignant pour concevoir et réaliser des visières de protections. La conception de ces boucliers faciaux, pouvant disposer de deux niveaux de protection, a d’ores et déjà était validée par le CHU de Bordeaux.

 

 

 

 

3/ Une solution de téléconsultation gratuite pour les EHPAD

Medeo, une start-up issue du LabECAM Lyon de l’institut Carnot Ingénierie@Lyon, dédiée à l’amélioration du quotidien des professionnels de santé, rend gratuite l’utilisation de sa plateforme de téléconsultation en EPHAD.

Le public fragile des EPHAD, grâce à cette initiative, bénéficie de téléconsultations gratuitement. La plateforme donne accès à des dispositifs médicaux connectés : oxymètre, tensiomètre, thermomètre, stéthoscope et les patients répondent à des questionnaires spécifiques au contexte du Covid-19. Concrètement, un professionnel de santé procède à la prise de mesures chez le patient, automatiquement enregistrées sur son dossier. Ensuite, un médecin accède aux données de préconsultation, permettant ainsi aux personnels soignants de ne pas attendre le début d’une téléconsultation pour effectuer des mesures et aux résidents d’EPHAD de se faire soigner en toute sécurité.

 

 

4/ Recherche autour du recyclage de masques de protection

Les masques chirurgicaux et FFP2 doivent, aujourd’hui, être jetés après quelques heures d’utilisation alors que ces équipements manquent.

Pour trouver une solution à ce problème, un consortium composé de médecins, d’industriels et de scientifiques, parmi lesquels des chercheurs des instituts Carnot ICÉEL et PolyNat, se sont regroupés pour explorer des pistes permettant de réutiliser ces masques sans risque. Le défi est d’en éliminer la charge virale tout en garantissant le maintien de leur niveau de performance.

Depuis mi-mars, le CHU Grenoble-Alpes a mis en place un protocole de collecte des masques usagés pour permettre le lancement de tests. Plusieurs pistes sont actuellement étudiées par le consortium : avantages comparés d’un lavage avec un détergent à 60 ou 95°C, passage en autoclave à 121 °C pendant 50 minutes, irradiation par des rayonnements gamma ou bêta, exposition à l’oxyde d’éthylène ou encore chauffage à 70 °C en chaleur sèche ou dans l’eau. Les premiers résultats sont encourageants :  les masques chirurgicaux conservent leurs performances après un lavage à 95°C, il en est de même pour les masques FFP2 avec un traitement à l’oxyde d’éthylène.

 

5/ Vingt et un projets de recherche pour lutter contre le Covid-19 envisagés

L’institut Carnot Curie Cancer mobilise ses experts et met à disposition ses plateformes technologies pour développer 21 nouveaux projets de recherche sur la thématique « Coronavirus et Cancers » : Projets de recherche à objectif diagnostique, vaccinal, thérapeutique et projets de soins contre le COVID-19 et le cancer.

 

 

Don de matériels

L’ensemble du réseau Carnot participe également à l’effort collectif de solidarité envers les personnels soignants et les malades en mettant à leur disposition, des stocks de matières premières nécessaires à la production de solutions hydroalcooliques, tout le petit matériel disponible dans les laboratoires  : masques, lunettes de protection, charlottes, gants, …