Carnot Interfaces

Sous la tutelle de Sorbonne Université, du CNRS et de l’INSERM. Carnot Interfaces fédère 5 unités de recherche d’excellence complémentaires et spécialisées en Informatique, robotique et technologies pour la santé. Les 6 domaines d’excellence que Carnot Interfaces met au service des entreprises concernent les sciences des données, les réseaux, communication, sécurité, les technologies pour la santé, l’intelligence artificielle et l’interaction humain-machine et la robotique.
Carnot Interfaces, c’est : les plus grands laboratoires français en robotique et en informatique. L’excellence scientifique de ses tutelles : Sorbonne Université, le CNRS et l’INSERM. Du matériel de pointe au service de nos partenaires en robotique, en informatique et en technologies pour la santé.

Compétences

Cœur de métier

Technologies de l'Information et de la Communication
Santé
Technologies pour la santé
Chiffres clés
Fermer

Chiffres clés

Effectif recherche (ETP)
612
dont doctorants
277
Budget consolidé
41,7 M€
Recettes partenariales avec les entreprises
6,5 M€
Contact
Fermer

Contact

Tremplin Carnot Interfaces
Université Pierre et Marie Curie
4, place Jussieu
BC 204
75252 Paris cedex 05

Guillaume MOREL
Directeur

Amal EL FALLAH SEGHROUCHNI 
Directrice Adjointe

Valérie NEYROLLES
Assistante
01 44 27 63 90

 

Nous contacter
Etablissements de rattachement
Fermer

Etablissements de rattachement


Présentation

Solutions innovantes dans les secteurs de la e-santé et des Smart Cities pour interfacer intelligemment l’humain et le numérique : créativité, efficacité et sécurité.

Présentation de l’offre d’Interfaces

Informatique
  • Modélisation et résolution de problèmes fondamentaux motivés par les applications.
    Mise en oeuvre et validation des solutions au travers de partenariats académiques et industriels. Enjeux majeurs adressés : thématiques liées à la santé et à l’intelligence ambiante (LABEX SMART). Les thématiques concernées sont l’intelligence artificielle, l’algorithmique, les réseaux et les logiciels distribués, les systèmes embarqués, le traitement d’images, la sécurité et la protection de la vie privée.
Systèmes intelligents et robotique
  • Conception et commande de systèmes robotiques pour des applications dynamiques (robotique humanoïde, robotique mobile) ou pour des applications en interaction avec l’humain (interfaces haptiques micro-monde, assistance à la rééducation fonctionnelle).
  • Exploration et mise en oeuvre de concepts avancés notamment en lien avec les sciences du vivant comme les systèmes perceptifs multimodaux, la robotique bio-inspirée, l’apprentissage artificiel, etc.
Imagerie biomédicale
  • Recherche en imagerie morphologique, fonctionnelle et moléculaire préclinique et clinique.
    Ciblée sur des pathologies en lien avec le vieillissement, comme les maladies ostéoarticulaires, cardiovasculaires, neurologiques et le cancer.
    - Nouvelles approches diagnostiques et thérapeutiques autour des modalités d’imagerie par ultrasons, IRM, CT et SPECT-PET et imagerie optique diffuse
    - Moyens de diagnostic précoce, de pronostic et d’évaluation de la réponse au traitement de nouvelles modalités de théranostic, de nouveaux biomarqueurs adaptés pour l’analyse biologique, clinique ou pharmaceutique, et une meilleure compréhension des processus physiopathologiques
Informatique et informatique médicale
  • Modélisation, visualisation, traitement et intégration de données et de connaissances biomédicales en e-santé.
  • Activités de recherche développées dans le cadre de projets de recherche dans des contextes médicaux divers (pharmacovigilance, maladies rares, maladies cardiovasculaires, cancer, prévention, psychiatrie, nutrition).

       

Relation entre le système nerveux et l’appareil respiratoire

Elle mobilise pour cela des approches biologiques, histologiques, physiologiques, pharmacologiques, et cliniques -
y compris psychophysiologiques - avec dans chaque cas un recours approfondi aux biomathématiques et à la modélisation.

           ⇒ Trois thématiques principales :

  • Cortex cérébral et respiration, incluant l’étude des mécanismes de la dyspnée et l’étude des déterminants neurophysiologiques de l’insuffisance respiratoire et de l’assistance ventilatoire
  • Contrôle automatique de la ventilation, chez l’animal et chez l’humain, avec une valence pharmacologique et biomathématique, et en ciblant particulièrement l’hypoventilation alvéolaire centrale congénitale par mutation du gène PHOX2B («Syndrome d’Ondine»)
  • Neurostimulation respiratoire, chez l’animal et l’humain