Actualité
Mercredi 25 janvier 2023

Une chaire pour améliorer les dispositifs de protection airbag des utilisateurs de deux roues

CARNOT STAR_Chaire in&mortion article POC.png

La société In&Motion, le Carnot STAR (LBA) et deux autres laboratoires universitaires ont lancé officiellement en novembre dernier, une chaire de recherche industrielle. Son objectif ? Améliorer les dispositifs de protection individuelle de type airbag à destination des utilisateurs de deux-roues. Un enjeu public de sécurité routière alors que les motocyclistes sont toujours surreprésentés parmi les victimes d’accidents.

La poursuite d’une collaboration initiée en 2016

Dans ce domaine, la start-up française In&Motion, basée à Annecy, est un des leaders au niveau mondial. Fondée en 2014, elle se rapproche rapidement du Carnot STAR (LBA) pour des besoins en R&D. « Depuis une quinzaine d’années, le laboratoire que je dirige a fortement investi pour mieux comprendre les accidents, développer des modèles numériques du corps humain pour étudier les blessures, et travailler sur l’évaluation et la conception de systèmes de sécurité innovants », indique Pierre-Jean Arnoux directeur du laboratoire de biomécanique appliquée (LBA) composante du Carnot STAR, unité mixte de recherche de l’Université Gustave Eiffel et Aix Marseille Université. Le rapprochement se concrétise, en 2016, avec le lancement d’une thèse portant sur l’étude de l’efficacité du dispositif airbag pour atténuer les lésions de la cage thoracique et des organes internes.
Soutenue en 2020 avec des résultats concluants, la thèse ouvre alors la voie à d’autres collaborations. « In&Motion voulait aller plus loin et nous a demandé comment bâtir un partenariat structurant de long terme. Je leur ai proposé de construire une chaire de recherche industrielle », raconte Pierre-Jean Arnoux. Officiellement lancée le 7 novembre dernier, la chaire In&Motion réunit, autour de la start-up et du Carnot STAR (LBA), deux autres laboratoires : le Laboratoire mécanismes d’accidents (LMA – Université Gustave Eiffel) et l’unité mixte de recherche épidémiologique et de surveillance transport travail environnement (UMRESTTE – Université Gustave Eiffel et Université Claude
Bernard Lyon 1).

Trois axes stratégiques de travail

Une association nécessaire pour considérer les trois grands axes stratégiques de la chaire.
Le premier d’entre eux consistera en la création d’un registre épidémiologique sur les accidents impliquant des personnes équipées d’un airbag. Ce dispositif de veille et d’analyse « permettra de mesurer les gains et d’identifier les points durs à traiter scientifiquement pour améliorer la protection », déclare Pierre-Jean Arnoux. Il bénéficiera de l’expertise accumulée par l’UMRESTTE dans le cadre du Registre des victimes d’accidents de la circulation du Rhône.
Le deuxième axe consiste en l’étude de la cinématique des accidents. « Elle est extrêmement importante pour le pilotage du déclenchement de l’airbag », souligne Pierre Jean Arnoux. Équipé de flottes de véhicules instrumentés, le LMA sera particulièrement chargé de ce volet. Le LBA utilisera, quant à lui, sa plateforme d’Annecy pour réaliser des « crash-tests » et pourra simuler différentes configurations d’accidents grâce à ses modèles virtuels du corps humain. « C’est en connaissant toutes ces configurations multiples et variables que nous allons pouvoir définir le spectre de mise à disposition nécessaire de l’airbag », précise Pierre-Jean Arnoux.
Enfin, le troisième et dernier axe de travail vise à adapter le dispositif d’airbag aux nouvelles formes de mobilités urbaines (vélo, trottinette électrique…). Signe de l’importance de ces questions pour In&Motion, la société va contribuer à hauteur de 850 000 euros. Côté académique, le temps passé des enseignants-chercheurs et la mise à disposition des plateformes sont valorisés à 700 000 euros. À noter que trois thèses Cifre ont été lancées et qu’une quatrième le sera ultérieurement.