Actualité

Morphosense, un œil numérique sur les superstructures - Carnot CEA LETI

morphosense-pont.jpg Pixabay

Créée en 2016, la start-up Morphosense a développé une technologie innovante permettant de suivre en temps réel, grâce aux données fournies par capteurs, le comportement de plusieurs types d’infrastructures : ponts, barrages, éoliennes, écluses ou encore stations pétrolières.

« Au sein de la Direction pour les partenariats industriels du CEA-Leti, nous rencontrions beaucoup d’industriels », se souvient Alexandre Paléologue, président de Morphosense. Très vite, l’ingénieur comprend que l’une des technologies du laboratoire pourrait bien satisfaire les besoins de grands groupes du génie civil, désireux de suivre le comportement de leurs infrastructures : ponts, barrages, etc.

Conçue à l’origine pour suivre la déformation d’une colonne vertébrale grâce à des capteurs de mouvement, celle-ci n’avait pas trouvé d’issue dans le domaine médical. Avec deux associés, Alexandre Paléologue crée la start-up Morphosense en 2016, et adapte les capteurs à ce nouveau marché en améliorant leur robustesse et leur précision. Ceci pour pouvoir mesurer en temps réel la déformation statique (précision : 100 µm/m) et les vibrations des ouvrages.

Des jumeaux numériques pour encore plus de précision

La start-up complète son offre en 2020 en mettant en œuvre les jumeaux numériques des infrastructures, qui intègrent leur modèle physique, les données fournies par les capteurs, et nouveauté, celles issues des mesures de l’environnement (vent, pluie, houle, courant sous-marins…). « Nous pouvons ainsi estimer à n’importe quel point de la structure tout type de données : fissurations, torsions, desserrage de boulons… », commente le fondateur. De quoi suivre avec précision la fatigue des installationsestimer leurdurée de vie et ainsi optimiser la maintenance prédictive et donc les coûts opérationnels associés. « Pour des structures très onéreuses et peu accessibles comme les éoliennes flottantes offshore, ces informations sont essentielles pour maîtriser les coûts d’exploitation », indique Alexandre Paléologue. Une quinzaine de structures dans le monde sont aujourd’hui équipées des capteurs de la start-up et six jumeaux numériques sont opérationnels sur des écluses et éoliennes.