Actualité

La plateforme iGenSeq du Carnot Institut du Cerveau, au cœur d’une innovation majeure

Institut du Cerveau.png

La plateforme du Carnot Institut du Cerveau iGenSeq et l’entreprise Ziwig forme une collaboration aboutissant au développement d’une innovation de rupture dans le diagnostic de l’endométriose. 

Objectif du travail de recherche

Le travail de recherche de l’entreprise Ziwig a débuté avec l’objectif de mettre au point un test diagnostic non invasif de l’endométriose. En effet, depuis de nombreuses années, un besoin médical majeur s’est imposé.

Afin d’atteindre cet objectif, la société Ziwig :

  • S’est investie dans un travail de recherche basé sur la détection des micro-ARN (miARN)*.
  • Fait appel à la plateforme iGenSeq de l’Institut du Cerveau : spécialisée en séquençage génomique et en disposant d’outils de dernière génération encore peu déployés sur le territoire français au sein des laboratoires spécialisés en diagnostic.

Outils et compétences des équipes

Les équipes qui travaillent sur la plateforme iGenSeq ont des outils et compétences qui ont permis de développer d’un procédé automatisé original en passant par la préparation de l’échantillon jusqu’au résultat du séquençage. 

Cette chaîne de traitement automatisé a permis à Ziwig :

  • D’accélérer son travail de recherche, aboutissant à un test salivaire, ENDOTEST®Diagnostic : son efficacité a été validée par une étude clinique.
  • ENDOTEST®Diagnostic possède un marquage CE pour permettre à des millions de femmes de mettre fin à une errance diagnostique de 8 à 12 ans en moyenne.

Innovation majeure 

Dans le domaine du diagnostic de séquençage de micro-ARN associant haut débit et intelligence artificielle, cette innovation sera approfondie par la poursuite de la collaboration entre l’institut du Cerveau et la plateforme iGenSeq. Cela permettra : 

  • L’adaptation de cette nouvelle méthode de diagnostic à d’autres pathologies, y compris neurologiques.
  • Favoriser les partenariats avec les équipes de recherche de l’Institut du Cerveau.

*ARN non codants, ils ne sont pas traduits en protéines, mais au contraire bloquent la traduction en protéine d’un ARN messager et/ou induit sa dégradation.