Comment la biomécanique permet d'améliorer le geste du golfeur tout en limitant les risques de blessures

03 2020
Les Carnot préparent le futur

Le 31 janvier dernier, l'Institut de Biomécanique Humaine Georges Charpak composante du Carnot ARTS, lieu unique dédié à la biomécanique humaine situé sur le campus parisien Arts et Métiers, a accueilli une expérience d’analyse biomécanique du swing. L’objectif est d’améliorer le geste du golfeur afin d’augmenter ses performances tout en limitant les risques de blessures. Retour sur cette belle expérience.

Quel intérêt de la biomécanique dans l’analyse des gestes du golfeur ?

La biomécanique est « l’utilisation optimale de son corps pour réaliser un geste, au sens mécanique» (Philippe Rouch, directeur de l'Institut de Biomécanique Humaine Georges Charpak, Carnot ARTS). Ainsi, comme l’explique Philippe Rouch, l’analyse biomécanique du swing permet, entre autres, l’optimisation des placements au sol et de la rotation.

La démonstration du 31 janvier s’est déroulée en salle d’analyse de mouvements de l’Institut et a été menée par Philippe Rouch, en partenariat avec la Fédération Française de Golf et l’Association Nationale des podologues du sport (Anps).

Une utilisation concrète afin d’améliorer la prise en charge médicale des golfeurs

Via des capteurs positionnés sur le golfeur et reliés à des caméras infra-rouge, la posture et le mouvement du golfeur sont modélisés sur ordinateur. Cette modélisation permet de contrôler l’évolution de son geste afin d’avoir un calcul de force, d’intensité, de déplacement mais aussi de comprendre pourquoi il risque de se blesser et proposer une solution en conséquence.

Selon les podologues de l’ANPS, les performances mais aussi le risque de blessures sont au centre des préoccupations des golfeurs. Les podologues reçoivent régulièrement des golfeurs qui souffrent de blessures. Ainsi, les résultats de la démonstration vont non seulement permettre de donner une base scientifique aux observations qu’ils font dans leur cabinet, mais également d’améliorer la prise en charge médicale des golfeurs.  




copyright : Arts et Métiers