Les instituts Carnot et les entreprises - juin 2013

18 Juin 2013
  • Simuler pour mammographier sans peine (institut Carnot Cetim)

Rendre la mammographie plus supportable aux patientes est un des objectifs des travaux engagés avec GE Healthcare. Pour diminuer la pénibilité de l’examen, l’entreprise a fait appel à l’institut Carnot Cetim et à la simulation. La mission confiée consiste à concevoir une approche numérique de la compression du sein lors d’un examen. Il s’agit de comprendre comment se répartissent les charges. Cette simulation a nécessité la création de plusieurs modèles prenant en considération les caractéristiques mécaniques des tissus vivants, peau, graisse, glande mammaire, puis de les valider en les superposant à des images de référence. Depuis, GE Healthcare s’est lancé dans une nouvelle bataille : trouver la correspondance entre les contraintes et la perception de la douleur. Un nouveau programme de recherche sur trois ans est lancé avec le Cetim, sous la coordination de l’Institut Gustave Roussy de Villejuif, en partenariat avec le Centre de recherche en neurologie de Lyon spécialisé dans la douleur (Inserm, Université Claude Bernard Lyon 1) et la société I-Comète.

  • L'institut Carnot Curie Cancer et Roche renforcent leur partenariat pour le développement de molécules innovantes.

L'Institut Curie et Roche ont signé en 2009 un premier partenariat de recherche préclinique d’envergure, pour une durée de trois ans. Il visait à mieux comprendre le mécanisme d’action d’un nouvel anticorps de Roche, premier représentant d’une nouvelle classe thérapeutique, dans des formes de cancer du sein particulièrement agressives et pour lesquelles les traitements actuellement disponibles s’avèrent peu efficaces. Fort de cette première collaboration réussie, ils souhaitent développer la recherche translationnelle¹ pour accélérer l'arrivée de nouveaux traitements en cancérologie notamment dans l'environnement tumoral.
Grâce à ce partenariat, Roche a pu bénéficier d’une plateforme de modèles précliniques très représentatifs des tumeurs observées chez les patients, développés par les équipes de l’institut Carnot Curie Cancer, afin de déterminer dans quel sous-type de cancer du sein ce nouvel anticorps s’avérait le plus efficace. L’institut Carnot Curie Cancer possède par ailleurs une plateforme de protéomique RPPA (Reverse Phase Protein Analysis) parmi les plus performantes au monde par le nombre de marqueurs de l’activité d’une cellule qu’elle permet d’explorer. L’utilisation de cette plateforme a permis de préciser au niveau moléculaire l’impact de l’anticorps de Roche sur les cellules cancéreuses et d’identifier des marqueurs prédictifs de réponse. La mutualisation des expertises de Curie Cancer et de Roche au stade préclinique du développement de cette molécule a permis de mieux définir le protocole des premiers essais cliniques à conduire, facteur clé pour maximiser les chances de succès de ces essais.
L'institut Carnot Curie Cancer et Roche collaborent actuellement sur plusieurs programmes de recherche translationnelle portant sur d’autres molécules de Roche et faisant en partie appel aux mêmes plateformes technologiques.
Cet exemple illustre parfaitement la réalité du continuum qui existe à l’Institut Curie entre la recherche fondamentale, la recherche translationnelle, et la recherche clinique.

1. La recherche fondamentale produit de la connaissance et la recherche clinique, du progrès médical. La recherche translationnelle fait le lien entre les deux.
L’enjeu : accélérer le développement de nouveaux médicaments, grâce à la meilleure compréhension de la biologie des cancers.

  • L’institut Carnot CEA LIST et ELEKTA, fournisseur mondial de systèmes de traitement du cancer ont signé un partenariat de recherche dans le domaine de la radiothérapie.

Cette collaboration s’inscrit dans le cadre de la création de la plateforme des technologies dédiées à la radiothérapie et l’imagerie, DOSEO[1]. Localisée sur le centre CEA de Saclay, les activités de R&D menées au sein de DOSEO remplissent quatre grandes missions : développer des technologies innovantes en radiothérapie et imagerie, maîtriser ces nouveaux systèmes (métrologie, contrôle qualité) pour un traitement plus performant et plus sûr, rapprocher les différents acteurs du domaine, et former le personnel et les étudiants aux innovations développées.

Les premières collaborations entre ELEKTA et l’institut Carnot CEA LIST portent sur le développement de logiciels dédiés à la caractérisation dosimétrique complète des équipements de radiothérapie conçus par ELEKTA (accélérateurs, collimateurs multi-lames[2], imageurs EPID[3]). L'institut Carnot CEA LIST apportera également son expertise dans le domaine de la métrologie et du contrôle qualité, au travers du LNHB[4]. Cet accord couvrira aussi le domaine de la formation destinée aux personnels médicaux et étudiants ainsi qu’aux clients d’ELEKTA en s’appuyant sur les moyens expérimentaux mis à disposition au sein de la plateforme DOSEO.

[1] La plateforme DOSEO est portée par le CEA-List, l’Institut national du cancer (INCa), le Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE) et l’Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN), avec le soutien du Campus Paris Saclay, du Conseil Général de l’Essonne, de la Région Ile-de-France, du Fonds européen de développement régional (FEDER), de la Direction Générale de la Compétitivité, de l’Industrie et des Services (DGCIS) et du pôle de compétitivité Medicen.
 [2] Dispositifs destinés à délimiter spatialement des faisceaux de particules pour irradier plus précisément la zone à traiter.
 [3] Electronic Portal Imaging Device : système électronique destiné à produire les images de contrôle en radiothérapie pour mesurer la dose délivrée au patient.
[4] Le Laboratoire national Henri Becquerel est le laboratoire national de métrologie dans le domaine des rayonnements ionisants.

  • Recherche et technologie pour les systèmes avioniques : renouvellement du laboratoire commun Airsys entre l'institut Carnot LAAS CNRS, l'IRIT, et Airbus.

Un accord de coopération entre l'institut Carnot LAAS CNRS, l’IRIT  et Airbus vient de renouveler jusqu’à fin 2015 le partenariat Airsys, Architecture et ingénierie des systèmes, dans le domaine des systèmes pour l’aéronautique. La coopération Airsys couvre les systèmes Avion, à bord et au sol, qu’il s’agisse des systèmes de vol, de maintenance, de fourniture d’énergie à bord, de communication et de gestion de l’information. La feuille de route de ces prochaines années comporte quatre thèmes prioritaires : la plateforme avionique ; le contrôle de vol ; l’ingénierie système ; les notions de fiabilité, disponibilité et diagnostic.
Des ateliers de travail sont en place pour la réflexion prospective, la définition des projets et la programmation de thèses. Le volume d’activités Airsys annuel représente environ 120 ETP (Equivalent temps plein, chiffres 2011) répartis en une quarantaine de projets.