Menu

Exemples de partenariat Carnot - Entreprises

 

Avec l'appui du Carnot Cetim, SFH a pu retrouver le chemin de la croissance.

Partenariat institut Carnot Cetim - SFH






 
 

Les drones d'une PME et les algorithmes d'un institut Carnot anticipent les éboulements des côtes normandes.

Partenariat institut Carnot BRGM - Azur Drones

 

Deux instituts Carnot collaborent à l'autonomie énergétique de volets roulants pour tous.

Partenariat instituts Carnot Energies du futur et Leti - Budendorff

 


A Florange, Thyssenkrupp Presta France entre dans l'ère de l'Industrie 4.0 avec le soutien du Carnot ARTS.
Partenariat institut Carnot ARTS - KUKA - Thyssenkrupp Presta France

 

Diota devient le premier éditeur français de solutions logicielles de réalité augmentée pour l’industrie

Partenariat institut Carnot CEA LIST - Diota

 

La solution française de traitement de l'obésité sans chirurgie est issue d'un partenariat Carnot

Partenariat institut Carnot Cetim - Horuscare

 

Mécaprotec, une réussite construite sur la base d'un partenariat R&D Carnot

Partenariat institut Carnot Chimie Balard Cirimat - Mécaprotec

 

Un institut Carnot conçoit une rétine artificielle qui révolutionne les marchés de l’image

Partenariat institut Carnot Voir et Entendre - Chronocam
 

Une SSII élargit son marché en passant du serious game à la thérapie avec un partenariat Carnot

Partenariat institut Carnot ICM - Groupe Genious
    

L'analyse infra-rouge signée Carnot à l'origine d'une success-story écologique et économique

Partenariat institut Carnot Irstea - Pellenc ST
 

Découvrez comment une solution de traçabilité innovante, issue d'un partenariat Carnot, dope les ventes d'Athéor

Partenariat institut Carnot Chimie Balard Cirimat - Athéor

10 ans de partenariat Carnot-Industrie

Découvrez les 34 démonstrateurs et produits industriels présentés pour les 10 ans des instituts Carnot en septembre 2015.

30 exemples de recherche partenariale

 
Lire les témoignages de 30 responsables d'entreprises

►Télécharger la version pdf

60 exemples de recherche partenariale

           

Lire l'édition 2012 "les instituts Carnot - La recherche pour les entreprises - 60 exemples de recherche partenariale"

 

SFH transforme les déchets d'usinage en briquettes précieuses.

Pour réduire voire supprimer l'enfouissement des déchets, SFH et le Cetim apportent une solution durable et rentable aux industriels.
L'innovation

Pour SFH, il faut transformer un coût de traitement en gain financier. C'est là l'origine de la création d'une gamme de presses dédiées aux résidus d'usinage. Dans les usines qui traitent les matériaux nobles et notamment ceux utilisés par l'aéronautique, les boues issues de la rectification (finition), contiennent quantité de particules métalliques de bonne qualité. S'en débarasser s'avère onéreux. Avec les presses de SFH, l'industriel peut compresser les déchets chez lui pour en faire des briquettes à réutiliser dans ses circuits de production ou à commercialiser. L'innovation intéresse les industriels comme les prestataires de service.

Le besoin

La Société Forezienne Hydraulique et Pneumatique S.F.H. créée en 1981 connaît une baisse de son activité en 2010. Elle envisage immédiatement de réorienter son activité vers le recyclage et notamment la valorisation des résidus d'usinage. Le marché exigeait un démarrage rapide. La PME stéphanoise s'adresse au Cetim pour associer à son savoir-faire en hydraulique haute pression d'importantes ressources pluridisciplinaires, tant techniques que juridiques et commerciales à même de mener à bien le projet. Plus qu'un partenariat, c'est un co-développement, où risques et gains sont partagés, qui a permis, dès 2011, la production d'une gamme de plusieurs compacteurs.

Le partenariat

Le Carnot Cetim travaille déjà sur le retraitement des déchets d'usinage lorsque SFH lui soumet son idée. Le Cetim propose d'intervenir dans le cadre de son offre "Innovation" qui inclut les études d'industrialisation et commercialisation en cofinancement. SFH n'a pas à investir lourdement et le projet géré par le Cetim avance très rapidement. La gamme des machines produites par SFH pour compacter les boues de rectification et plus largement les déchets d’usinage, boues et copeaux correspond aux différents segments du marché. Les ventes se multiplient y compris à l'export et l'entreprise embauche. En 2015, chiffre d'affaire et effectif ont doublé par rapport à 2009.

 

 

Azur Drones étend ses activités aux risques naturels.

L'institut Carnot BRGM a transféré à la PME la technologie qui lui permet de proposer des prestations à forte valeur ajoutée.
L'innovation

La prise de vue aérienne par drones est désormais très répandue. Toutefois, son intérêt dans le cadre de l'évaluation de l'aléa d'éboulement restait à démontrer. En effet, jusqu'à présent, le profil de la paroi des falaises était reconstitué par une mesure laser à partir d'un point fixe. L'évolution entre deux séries de mesures permet d'estimer l'aléa. Cette méthode très fiable est longue, soumise à des conditions d'accès au site et relativement coûteuse. Avec le drone équipé d'un système de photogrammétrie, les prises de vues sont réalisées sous des angles différents (horizontal, vertical, oblique). Une phase de calcul superpose les images et reconstitue le relief de la falaise avec une précision de 2 cm. Aussi fiable que le laser, la technique par drone permet d'effectuer plus rapidement les mesures, se révèle plus économique et permet donc d'intensifier les contrôles pour une meilleure protection.

Le besoin

Azur Drones a développé depuis 2012 une compétence reconnue auprès des grands donneurs d'ordre du BTP et de la sécurité privée. L'entreprise  associe la fiabilité et l'intérêt économique des drones à des systèmes d'acquisition de données adaptés à chaque besoin. Azur Drone a comparé les mesures effectuées par un drone avec celles réalisées au laser sur une même falaise. Grâce aux outils de calcul de l'institut Carnot BRGM, la superposition des photos prises à chaque seconde de vol a généré un nuage de points 3D parfaitement précis et cohérent avec les mesures laser. Désormais, grâce au transfert de technologie opéré par le BRGM, Azur Drones est en mesure de proposer une offre orientée risques naturels et a créé un emploi.

Le partenariat

L'institut Carnot BRGM ou Bureau de Recherches Géologiques et Minières est entièrement dédié à la gestion des ressources et des risques du sol et du sous-sol. Il est à l'origine d'outils de calcul et de modélisation des reliefs à partir de flux de données. Conscient du potentiel de l'association de la photogrammétrie avec la souplesse des drones, il lui fallait un partenaire de référence, susceptible d'intégrer le dispositif dans son offre commerciale et d'en élargir le champ d'utilisation. Le partenariat, connu sous le nom de projet SUAVE, se concrétise par l'exploitation d'une méthode scientifique mature, rendue économiquement accessible à de nombreux opérateurs, via la PME Azur Drones.  

Deux instituts Carnot collaborent à l'autonomie énergétique de volets roulants pour tous.

Bubendorff commercialise des volets roulants qui peuvent fonctionner sans énergie d'appoint et même en exposition nord !
L'innovation

Le modèle ID2 Autonome est un ensemble volet, batterie et télécommande particulièrement économe en consommation d'énergie 100% solaire. Pour garantir l'efficacité du dispositif y compris en cas de faible ensoleillement, il a fallu recenser et optimiser toutes les dépenses énergétiques (mode veille, échanges radio avec la télécommande, motorisation du volet, etc.). Le choix d'une batterie adaptée a été déterminant pour respecter l'engagement du constructeur français sur sa garantie de 7 ans. Les volets autonomes sont commercialisés depuis 2012 et contribuent à maintenir la société à sa position de numéro un français.

Le besoin

La PME familiale alsacienne Bubendorff est spécialisée depuis 1959 dans le volet roulant. En recherche permanente d'amélioration, le fabricant investit en recherche, maîtrise toute sa chaîne de production et apporte des solutions pour réduire l'empreinte écologique de chacun de ses clients. C'est à ce titre que l'entreprise a sollicité un partenariat avec le Liten - composante de l'Institut Carnot Energies du futur - afin de proposer des volets totalement autonomes en énergie solaire, utilisables aussi bien en neuf qu'en rénovation et efficaces quelle que soit l'exposition lumineuse. Ces exigences requièrent une forte optimisation du bilan énergétique du système.

Le partenariat

L'institut Carnot Energies du futur spécialisé sur les recherches en énergies, a déterminé quelles batteries hautes performances pouvaient répondre aux contraintes d'un cycle de charge/décharge optimisé. L'institut Carnot Leti a réduit la consommation d'énergie avec des gains très importants, en particulier en divisant par 100 la consommation de la communication radio par rapport aux générations précédentes. Cette collaboration avec Bubendorff a permis la mise sur le marché d'une gamme complète de volets roulants durables dont l'efficacité en matière d'économie d'énergie est encore renforcée lorsqu'ils sont pilotés automatiquement en fonction du rapport ensoleillement/température.

 

 

La robotique collaborative au cœur d'une stratégie gagnante

Carnot ARTS accompagne Thyssenkrupp Presta France dans une évolution majeure de son outil de production garant de sa pérennité.
L'innovation

L'homme et le robot peuvent exécuter des tâches ultrasensibles en étroite collaboration et ainsi apporter à la fois productivité et agilité aux équipes de production. L'intégration du robot collaboratif de Kuka, LBR iiwa au sein d'unités déjà très automatisées chez cet équipementier innove à la fois par le haut niveau de technologies mises en œuvre mais aussi par son apport en terme de confort sur le poste de travail, création de nouvelles architectures matérielles, simplification des processus. Au delà du choix d'une machine, l'innovation réside dans la démarche de définition d'une stratégie industrielle 4.0 élaborée et validée sur la base de multiples scénarios et en s'assurant de l'adhésion des opérateurs.

Le besoin

Thyssenkrupp Presta France, emploie environ 1200 personnes sur un site fortement automatisé (à Florange et Fameck) et assure le montage de colonnes de direction depuis 2001, et d'EPS (Electric Power Steering) depuis 2011. Plébiscitée par les principales marques automobiles, elle livre en flux tendu des  éléments de sécurité qui équipent 1 voiture sur 7 dans le monde. Afin d'assurer et renforcer sa position sur le marché mondial, faire évoluer l'outil de production ne suffit pas. Il faut sélectionner, éprouver les solutions et s'assurer que les équipes en auront une maîtrise parfaite. Cette démarche ambitieuse n'a pu se réaliser qu'avec l'apport de ressources externes respectueuses des valeurs de l'entreprise et porteuses d'une vision à long terme.

Le partenariat

L'institut Carnot ARTS fort de ses 20 laboratoires de recherche répartis sur 15 sites dans 9 régions, est en capacité d'assurer une forte réactivité aux demandes industrielles et d'apporter une expertise scientifique à même de lever les verrous technologiques. Pour Thyssenkrupp, l'institut a développé une cellule robotisée collaborative robuste pour évaluer la capacité du robot à réaliser des opérations spécifiques d'assemblage de crémaillères dans différentes configurations et pour différents types de corps. Grâce à une vision globale, l'institut Carnot ARTS a donné l'impulsion et soutenu Thyssenkrupp Presta France dans sa démarche Industrie 4.0 exemplaire dans la région, avec un fort impact métier notamment en favorisant la création de mastère spécialisé en robotique collaborative (Colrobot) à Lille.

 

 

Diota devient le premier éditeur français de solutions logicielles de réalité augmentée pour l’industrie

La réussite d’une start-up accompagnée par le Carnot CEA LIST
L'innovation

Logiciels de réalité augmentée dédiés à l’industrie : la solution proposée par Diota est déjà un succès commercial. C'est surtout un accès à de nouvelles modalités pour le manufacturing, le contrôle et la maintenance. Premier atout de la technologie issue de l'institut Carnot CEA LIST : sans marqueurs visuels, il suffit de disposer de son modèle 3D pour identifier un objet et lui superposer des informations variées. Deuxième atout : la création d’une « passerelle » connectant directement le progiciel aux systèmes d’information industriels.

Le besoin

La solution DiotaPlayer, permet d’accroître la performance industrielle grâce à l’interaction entre données numériques et espaces de travail. Au travers de ses solutions de réalité augmentée, Diota rend son usage accessible à tous les opérateurs humains en situation opérationnelle, en simplifiant la phase d'acquisition - sans marqueurs - et en adoptant une ergonomie performante. Grâce à sa connexion avec le système d’information de l’entreprise, DiotaPlayer met à disposition des opérateurs les données des maquettes 3D dans les usines et sur les chaînes d’assemblage. A la clé, des gains de qualité et de productivité tout en réduisant les contrôles manuels.

Le partenariat

L'institut Carnot CEA LIST dédie ses recherches aux systèmes numériques intelligents, répondant notamment aux enjeux de l’usine du futur. Ses équipes se sont impliquées dès 2009 en soutenant la création de l'entreprise Diota et en lui apportant son expertise en réalité augmentée. Ce partenariat fructueux a permis à la start-up de séduire de nombreux grands groupes, mais aussi des PME exploitant la réalité augmentée à des fins de communication ou de valorisation de produits. L'institut Carnot CEA LIST, qui collabore étroitement avec Diota, l’accompagne dans sa success-story, désormais mondiale. Avec l’entrée au capital de Safran et de CEA Investissement notamment, et le doublement de ses effectifs, la start-up accélère son déploiement industriel.

  

Horuscare: un stent pour faire maigrir grâce au Carnot Cetim !

La TPE envisage l'évaluation humaine dès 2017 de cette solution novatrice alternative à la chirurgie.
L'innovation

Limiter le passage des nutriments dans le sang pour faciliter l'amaigrissement ! C'est le principe du dispositif Reborn conçu par Horuscare. Sans chirurgie, le tube de 60 cm se place dans la première partie de l'intestin lors d'une endoscopie par les voies hautes. Une fois en place, la membrane externe empêche les sucres et matières grasses de passer massivement dans le sang. L'efficacité du système tient en sa réelle étanchéité aux nutriments et sa stabilité dans son environnement.

Le besoin

Horuscare, est né de la volonté de son fondateur, Jean Michel Verd, de repenser une solution de traitement de l'obésité existante. Il lui fallait une expertise mécanique et médicale pour trouver le bon support et apporter toutes les garanties de la fiabilité et stabilité du dispositif une fois en place. La première étape consistait à formaliser l'ensemble des contraintes sous forme d'un cahier des charges rigoureux. Celui-ci imposait qu'il n'y ait aucun système d'accrochage aux parois susceptible de causer plaies ou infections. Pour autant, il fallait absolument assurer le bon maintien du tube afin qu'il ne migre pas et n'obstrue pas l'intestin sous l'effet des contractions. Pour valider l'hypothèse d'un tube d'une longueur de 60 cm associée à une forme anatomique de l'intestin (angle de Treitz de 180° en 3D), une longue phase de tests et mesures en simulateur s'imposait.

Le partenariat

L'institut Carnot Cetim à Saint Etienne a proposé un accompagnement complet à Horuscare pour le développement de ce dispositif médical. Après la constitution du cahier des charges, différentes hypothèses ont été imaginées. La solution  retenue : le stent déjà connu en cardiologie, qui supporte la membrane d'étanchéité, et maintient le tube sans accrochage. Le Cetim et Horuscare ont donc développé le dispositif et même mis au point le banc d'essai unique au monde. Celui-ci permet à Horuscare et au Docteur Radwan Kassir du CHU de St Etienne de faire la preuve du concept "in vitro", sur prototype. Au-delà du dépôt de brevets, Horuscare est maintenant en phase de test sur l'animal "in vivo" et de recherche de financement pour ses essais sur le corps humain. En perspective, un marché de plusieurs millions d'euros majoritairement à l'export pour cette innovation qui enrichit l'offre des traitements sans aucune intervention chirurgicale. 
 

 

Mécaprotec, une réussite construite sur la base d'un partenariat R&D Carnot

Un partenariat avec l'institut Carnot Chimie Balard Cirimat à l'origine d'un nouveau traitement de surface pour l'aéronautique
L'innovation


Le procédé Zinc-Nickel permet le traitement anti-corrosion de surfaces soumises à de très fortes contraintes notamment pour le secteur aéronautique. La méthode usuelle basée sur l'usage de produits hautement toxiques comme le cadmium et le chrome devait être remplacée en respect des règlements internationaux. Plusieurs années de recherche ont été nécessaires à la mise au point d'un nouvel électrolyte plus écologique. Mécaprotec dispose aujourd'hui d'un procédé unique, reconnu par les plus grands avionneurs mondiaux, un avantage concurrentiel qui a dopé son chiffre d'affaires.

Le besoin

Mécaprotec Industries est une ETI de 400 personnes, située en région toulousaine, confrontée à la demande croissante des industriels et une forte concurrence. Impliquée très tôt dans la démarche écologique, l'entreprise est passée d'un statut d'exécutant à une position de prescripteur. En sollicitant un partenaire en recherche, Mécaprotec a pu développer son procédé, en faire une exclusivité qui lui a ouvert les marchés étrangers et répondre aux besoins des secteurs les plus exigeants. Au delà de l'aspect commercial et d'une hausse régulière de son chiffre d'affaires, Mécaprotec poursuit sa collaboration avec les centres de recherche, s'assurant ainsi la réussite d'une stratégie gagnante d'innovation combinée à la réactivité et la souplesse d'une entreprise à taille humaine.

Le partenariat

Le Cirimat, Centre Inter-universitaire de Recherche et d'Ingénierie des Matériaux basé à Toulouse, est une composante de l'institut Carnot Chimie Balard Cirimat. Ses chercheurs travaillent sur la conception, l’élaboration, la caractérisation et l’étude des propriétés physico-chimiques de base ou en condition d’usage, des matériaux de type métallique, céramique ou polymère. Son apport dans la mise au point du procédé Zinc-Nickel a été essentiel pour déterminer la formation du nouvel électrolyte et ne pas altérer les propriétés de résistance obtenues avec les traitements antérieurs. Un transfert de recherche réussi qui illustre l'engagement de l'institut Carnot en faveur de ses partenaires industriels sur un large éventail de compétences et d'outils.
 

    


Du traitement de la cécité au Super Bowl

Atis, de la recherche Carnot au succès industriel international
L'innovation

Atis est une caméra dont le fonctionnement est proche de celui de la rétine humaine. Son capteur bio-inspiré fonctionne selon un modèle asynchrone qui détecte, au niveau de chaque pixel, les changements dans la scène observée, au lieu de fonctionner classiquement par une superposition d’images successives. Les performances en acquisition, codage de données et consommation d'énergie en font un composant essentiel et unique  pour une application nécessitant de capter des informations en temps réel.

Le besoin

La première application de cette technologie a été de répondre aux besoins spécifiques liés au développement de systèmes de vision bionique (rétine artificielle). Ils nécessitent un traitement d’images accéléré ainsi qu’un codage de l'information adapté aux spécificités du fonctionnement de la rétine et du cortex visuel.
Pixium Vision, acteur majeur dans le traitement de la cécité, développe le dispositif IRIS2,  actuellement en essai clinique, qui associe la caméra Atis à un implant rétinien. Le dispositif permet aux patients atteints de rétinite pigmentaire de retrouver des perceptions de lumière et de formes pour reconnaitre des objets et acquérir une plus grande autonomie dans leur vie quotidienne.

Le  potentiel d'Atis a conduit à la création de la société Chronocam, dans le but d’étendre l’utilisation d’Atis à tous les marchés liés à l'image au-delà des applications médicales : sécurité, robotique, transports, jeux vidéo, et dans un futur plus ou moins proche, l'amélioration des replays instantanés lors de grands évènements sportifs tels que le Super Bowl !

Le partenariat

L'institut Carnot Voir et Entendre est l’un des plus importants centres de recherche intégrée sur les maladies de la vision en Europe. C’est en son sein qu’une équipe de chercheurs et de mathématiciens, en collaboration  avec Pixium Vision, a mis au point les caméras et algorithmes. L’institut travaille en parallèle en étroite collaboration avec la société Chronocam. Ces échanges témoignent de la capacité des instituts Carnot à s'intégrer dans la réalité industrielle et commerciale des entreprises d’innovation.

 

         


Toap Run fait entrer Genious dans la silver économie

Fruit du partenariat avec le Carnot ICM, le logiciel thérapeutique est distingué.
L'innovation

L'expérience du jeu mise au service de la santé est désormais une réalité grâce au travail conjoint de spécialistes de l'informatique ludique et de chercheurs en neurosciences et cliniciens. Le vieillissement de la population nécessite de trouver des moyens de prévenir et traiter des troubles neurologiques d'origines multiples (Alzheimer, AVC, etc.). Toap Run, logiciel destiné aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson, associe créativité numérique et rigueur scientifique. Il préfigure les solutions innovantes, dont l'efficacité clinique vérifiée et étalonnée répond aux attentes d'un marché en développement. Dès octobre 2016, les professionnels de santé pourront accéder gratuitement au jeu Toap Run à l'issue de sa phase de validation clinique.

Le besoin

Le groupe Genious, PME de 200 collaborateurs implantée à Paris, Rennes et Montpellier, a développé depuis 1983 un savoir-faire important dans les domaines des applications mobiles, serious-game et e-learning. Acteur de la e-santé, la SSII  a voulu proposer un outil thérapeutique destiné à améliorer la mobilité des patients atteints de la maladie de Parkinson, économique, évolutif, et utile aux soignants dans le suivi des symptômes. Pour valider la démarche, il lui fallait un soutien scientifique et la possibilité d'évaluer le produit en situation réelle.

Le partenariat

L'institut Carnot ICM mène, à l'hôpital Pitié-Salpêtrière, des recherches dans le domaine du cerveau et de la moëlle épinière. Ses chercheurs et cliniciens spécialistes des neurosciences ont collaboré au projet Toap Run dont les avancées en matière d'usages en santé pour les thérapeutes et les patients ont permis à Genious d'être identifié comme pépite du numérique. Par ailleurs, Toap Run fait partie des lauréats du concours mondial d’innovation 2030. Au delà de la mise sur le marché du logiciel, le partenariat s'est aussi concrétisé par la création d'un laboratoire commun baptisé BRAIN e-NOVATION.



 

Pellenc ST gagne le marché d'un centre de tri majeur en Europe

Succès à l'export d'une stratégie de R&D en partenariat Carnot.
L'innovation

L'analyse optique dans la zone du proche infra-rouge permet d'identifier des substances diverses et sèches. Mais pour différencier un bois naturel d'un bois peint, ou un déchet organique d'un plastique sur un tapis roulant, il faut une très grande précision d'analyse. L'innovation porte alors sur la capacité à identifier, avec une marge d'erreur limitée, des composés plus ou moins aqueux. La combinaison avec l'analyse de couleur,  le référencement d'un maximum de spécimens, et la mise au point d'algorithmes complexes ont permis la mise sur le marché de machines de tri optique précises et à très haut rendement.

Le besoin

Pellenc ST a su tirer profit de son expérience sur l'analyse de la maturation des fruits pour aborder le marché très prometteur du tri dès 2001. En 2009, la société relève le défi du projet TRI+ qui s'attaque à la valorisation des bois et des déchets alimentaires. Pour la PME vauclusienne, très compétente sur l'analyse infra-rouge et la robotique, l'effort de R&D est considérable mais indispensable. Terminé en 2014, le projet s'est rapidement concrétisé par des commercialisations, un prix à l'export et une vente de 20 machines pour la plus grosse unité de tri européenne à Naples.

Le partenariat

Irstea Montpellier est un partenaire de longue date de Pellenc SA puis naturellement de Pellenc ST. L'expertise du laboratoire permet la constitution d'une base de références et l'institut trouve dans cette collaboration l'occasion de publier, dans le respect de la confidentialité du contrat, des articles remarqués. L'apport de l'unité de recherche a été déterminant dans la réussite du projet TRI+ qui n'aurait pas pu être supporté seul par une PME aussi dynamique soit elle. Très concernées par les retombées économiques de ce partenariat, les équipes lui ont consacré 35 hommes mois sur 4 ans.

 


Révolution pour le marquage du verre

Grâce à l’institut Carnot Chimie Balard, Athéor commercialise Glass’in®.
L'innovation

L'encre brevetée de Glass'in® est dédiée au marquage des emballages en verre pour l'agroalimentaire, la cosmétique, la pharmacie, l'automobile sans fragiliser le support ni modifier les chaînes de production. Le spécialiste des solutions d'authentification propose un dispositif d'impression jet d'encre au rendu visible ou invisible, voire décoratif activé sous UV. Un lecteur optique permet de contrôler l'identifiant unique masqué. Le marquage est infalsifiable, reste indélébile aux solvants et lisible quelle que soit la couleur du support.

Le besoin

Athéor voulait disposer d'un procédé permettant de réduire les coûts et la mise en oeuvre d'un marquage sur les emballages verre. Rendre plus accessibles économiquement et techniquement la traçabilité et la lutte contre la contrefaçon confèrent à la PME montpelliéraine un avantage concurrentiel décisif. Athéor a signé en 2015 un contrat pour le marquage de 20 millions de bouteilles de champagne.

Le partenariat

L'institut Carnot Chimie Balard, a participé, dès 2010, à la mise au point de l'encre qui incorpore des colorants et composés optoélectroniques. Les compétences en architecture moléculaire et matériaux nanostructurés ont été déterminantes dans la réussite d'un projet régional et dans le respect des valeurs de la charte Carnot.

 

 

Retrouvez tous les mois de nouveaux exemples dans La lettre industrielle Carnot